vendredi 28 septembre 2012

Les lumières de l'alun-alun

L'alun-alun est une grande place qui propose au centre de chaque ville indonésienne un large espace ouvert souvent orné d'un banian immense, où l'on organise les parades officielles pour la fête nationale par exemple, et où, le soir venu, les citadins se rassemblent pour faire du sport et s'amuser.




L'attraction phare de l'alun alun a Jepara est une sorte de becak, ( "pousse-pousse" indonésien, ou vélo taxi) un pédalo à 3, 4, 5 ou 6 places si on s'y entasse bien, illuminé de guirlandes scintillantes.


A la tombée de la nuit, les petites carrioles brillant de mille feux s'alignent le long du haut trottoir et proposent 3 tours de la place pour 25 000 rupiah (environ 2 euros).


La première fois que j'ai vu ces engins déambuler doucement, j'ai bien ri: certains arborent même de petits rideaux de satin et diffusent dans les oreilles de ses passagers un dangdut (pop indonésienne) retentissant . Je me suis promis de ne jamais participer à ce rituel élevant le kitch au rang de véritable art de vivre.



Seulement voilà, quand vint l'anniversaire de notre fils, j'étais prête à réaliser tous ses souhaits, à faire de ce jour une fête aussi joyeuse que possible pour lui faire oublier un tenace mal du pays. Et parmi ces voeux figurait en première place celui de pédaler dans ces voiturettes...


Heureusement soutenue par Susi, son mari et ses deux petits garçons dans cette épreuve, bravant ma peur du ridicule je suis montée avec eux dans le véhicule étincelant. Nous étions 3 à pédaler, 7 passagers en tout. Pour rendre l'expérience plus folle, j'appuyais sur les pédales avec ardeur espérant vivre  les même sensations que dans le célèbre coucou-casse-cou, mais je ne réussis qu'à faire dérailler l'engin.



Les tours de "becak-haya" ( = becak+cahaya (lumière) néologisme fraîchement inventé) se font nonchalamment, à peine plus vite qu'à pied. Parfois les enfants qui ont loué des rollers s'accrochent en grappe à l'arrière.



Finalement on a bien rigolé dans ce carrosse de fortune, non pas que je ferai des tours tous les samedis soir, non, mais je me suis fait au charme décalé de cette attraction qui fait chatoyer l'alun alun de Jepara by night.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire